Américaines solitudes

Ce travail porte sur la société américaine, ou plus exactement sur les américains. Il cherche à montrer comment ils occupent leur espace, interroge leur excès à l’occuper qui souvent produit anonymat et solitude.

De 2008 à 2017, Jean-Luc Bertini s’est ainsi rendu aux États-Unis plusieurs semaines durant. Sa méthode est tout du long restée la même : il pointe un vague espace géographique de plusieurs États voisins sur la carte, loue une voiture à l’aéroport, puis roule au hasard, sans plan ni direction précise, si ce n’est celui de relier les principales mégapoles des États qu’il a choisies de traverser. Il désirait parcourir tout le pays sans préjugés ni parti-pris, ce qui fut bien sûr un leurre, car « ils collent à la peau ».

Il a ainsi photographié ce pays et ces américains au fil de la route comme il a cru les voir. Et si comme le dit Walker Evans, le secret de la photographie tient dans le fait que l’appareil prend le caractère et la personnalité de celui qui le manie, sans doute n’a-t’il fait qu’interroger sa propre vision de l’Amérique et de ses habitants.

Ce travail sera édité par les Éditions Actes Sud au printemps 2020.